En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt. Fermer
LogoEntete
Entete

Accueil > Sciences humaines > Philosophie > Günther Anders
Mon Compte
Me Connecter



F.A.Q.

Contact

Günther Anders

Thierry Simonelli

Editions du Jasmin
Format: ePub

Lire un extrait    

Prix :
5,99

Ajouter au panier
Le témoignage existentiel d'un Européen qui reçut une éducation philosophique de l'entre-deux-guerres.

Les textes de Günther Anders renferment le témoignage existentiel d'un Européen qui reçut une éducation philosophique de l'entre-deux-guerres. En effet, comme étudiant de Husserl et de Heidegger, Anders côtoya Hans Jonas et Hannah Arendt dont il fut l'époux de 1929 à 1937. Durant les années 50 et 60, Anders acquit une certaine renommée pour son combat contre les armes nucléaires, mené aux côtés de Primo Lévi et Bertrand Russell. Humaniste farouche, il aimait à dire, marquant ainsi sa rupture définitive avec le concept scolastique de la philosophie : " N'est-il pas plus important que l'humanité existe plutôt que la " philosophie " ? Bien que je sois classé comme " philosophe ", je ne m'intéresse que très peu à la philosophie. Mon intérêt appartient au monde, de même que l'intérêt des astronomes n'appartient pas à l'astronomie, mais aux étoiles. "
Dans cet essai qui se veut une introduction à la pensée de Günther Anders, l'auteur s'attache tout particulièrement à mettre en perspective les analyses de Günther Anders portant sur l'obsolescence progressive de l'homme.

Plongez dans cet essai qui se veut une introduction à la pensée de Günther Anders, se centrant sur les analyses du philosophe portant sur l'obsolescence progressive de l'homme.

EXTRAIT

La raison de cette inversion tient au développement des forces de production par le recrutement de la science et de la technique comme premiers moteurs économiques. Ainsi, sur le plan économique, la pente prométhéenne se manifeste dans notre « manque de manque » (Mangel an Mangel, AM 2, pp. 19, 215). Nos besoins sont insuffisants pour assurer l’écoulement de la production écrasante des marchandises.
La confusion, voire l’inversion du créateur et de sa créature donnent lieu à une situation historique originale, qui se caractérise par un déplacement du sujet du besoin (ou du manque). Au déplacement du sujet du travail se rajoute donc un déplacement du sujet du besoin.
Le premier pas, celui de la perversité ordinaire de la relation produit-offre, consiste dans l’inversion de l’ordre temporel : ce n’est plus la demande qui suscite l’offre, mais l’offre qui précède et doit solliciter la demande.
Un deuxième pas est franchi quand cette inversion est elle-même subvertie. Car, remarque Anders, la perversité ordinaire maintient l’être humain à la place du sujet du besoin. Même si le besoin du consommateur lui est, pour une large part, hétéronome, il reste le besoin d’une personne, le besoin de l’être humain.

À PROPOS DE L'AUTEUR

Thierry Simonelli est docteur en philosophie. Son doctorat a porté sur l'éthique et la psychanalyse dans l'œuvre de Jacques Lacan (Université de Paris IV, Sorbonne). Il est psychanalyste et chargé d'enseignement à l'Université de Metz, ainsi qu'au Centre de Recherche Public Santé (Luxembourg). Il mène des activités de recherche au sein du Groupe d'Etudes et de Recherches Epistémologiques (Paris VIe).

Ceux qui ont été intéressés par Günther Anders ont aussi consulté :