En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation de cookies qui permettront notamment de vous offrir contenus, services, et publicités liés à vos centres d'intérêt. Fermer
LogoEntete
Entete

Accueil > ARTS > Musique > Destins tragiques du rock
Mon Compte
Me Connecter



F.A.Q.

Contact

Destins tragiques du rock

Caroline Pastorelli

Clément Editions
Format: ePub

Lire un extrait    

Prix :
5,49

Ajouter au panier

Suite aux disparitions brutales et successives de Jimi Hendrix et de Janis Joplin en 1971, Jim Morrison, le leader des "Doors", lançé à ses amis : "Vous êtes en train de boire un verre avec le n°3". Prémonition funeste, sinistre clin d'oeil du destin ou pure malédiction, il a rejoint le Panthéon du Rock 9 mois plus tard dans des circonstances toutes aussi tragiques.
En réalité elles sont beaucoup plus nombreuses, ces légendes du rock, à faire partie du Club des 27. Un club qui, en quelque sorte, constitue le temple des martyrs de la musique, tous décédés à l'âge maudit de 27 ans.
Club célébre, fermé et sélect donc. On y trouve également Alan Wilson (Canned Heat) le plus grand harmoniciste de la planête, Brian Jones (Rolling Stones), Robert Johnson, Kurt Cobain (Nirvana) et tout récemment la chanteuse Amy Winehouse qui craignait de son propre aveu d'en faire partie. Si Jeff Buckley et Florence Ballard (The Supremes) n'ont pas disparu à 27 ans, leur talent et leur décés tragique et prématuré en font des membres à part entière. En ce temps-là, les concerts étaient un acte de rébellion. Aux vapeurs de sexe, drogues et rock'n'roll qui enivraient les artistes faisaient écho les chaises cassées, les guitares brûlées et les bagarres d'après-concerts. Tel était le folklore de l'époque...
Retour sur le Club des 27 et ses figures mythiques qui ont brûlé la chandelle par les deux bouts et qui sont mortes de leurs excès, en plein succés. Mortes d'avoir voulu trop vivre.

Ceux qui ont été intéressés par Destins tragiques du rock ont aussi consulté :